KOMA

D’où vient le nom “KOMA”? 

Nous cherchions un nom court et efficace qui soit en rapport avec la musique. Le “coma” représente le plus petit intervalle musical, encore plus petit que le quart de ton. Nous avons mis un K pour enlever la connotation maladive, ce qui nous a permis d’en faire un logo tout aussi simple et efficace que le nom.

Quelles sont vos influences musicales ?

Nos principales influences communes sont le nu jazz/moderne jazz de Gogo Penguin et Tigran Hamasian et la pop des Beatles.

Comment définiriez votre style?

Jazz pop instrumental, mélodique, énergique et expressif.

Où vous voyez vous dans 10 ans?

En tournée entre festivals de jazz et salles de concerts comme le Bataclan.

Qu’attendez vous d’Icart Sessions 2020 ?

Une mise en lumière médiatique, des rencontres professionnelles, d’autres concerts si possible. Si nous gagnons le prix de 1500€, nous comptons investir dans l’aspect visuel du projet (graphismes, clips vidéos…) que nous avons un peu laissé de côté jusqu’à maintenant. Nous envisageons également d’enregistrer un deuxième EP avec nos nouvelles compos.

Si vous deviez encourager un jeune musicien passionné, que lui diriez vous ?

De rester ouvert, à l’écoute, de s’essayer à différents styles, à différentes sonorités mais aussi d’être curieux, de tenter un maximum de choses et surtout ne pas se décourager à la première remarque négative.

Si vous deviez collaborer avec le chanteur ou la chanteuse de vos rêves, qui serait-ce?

Sting !

Quel genre de public aimeriez vous toucher ?

Notre musique est accessible à un public très large, aussi bien jeune que plus âgé. Nous voulons toucher un maximum de monde, aussi bien des amateurs de jazz que de pop.

Une chanson ou un album que vous aimez tous les trois ?

Raven – Gogo Penguin

Un festival sur lequel vous rêveriez de jouer?

Les Solidays (pour le côté pop) et Jazz à Montreux (pour le jazz et parce que c’est la classe !).

Propos recueillis par Louis Buonanno